Mer HuileEntre Prestige et degazages
Constat Diagnostic Remedes

L’impact des pollutions maritimes par hydrocarbures. Lors d’une catastrophe de type “Prestige” ou “Erika”, les nappes de pétrole brut ont un impact fort sur la nature :

> 29% non dégradées pénètrent dans les sédiments
>15% souillent les côtes (3 Erika / an)

22% sont bio-dégradées
16% se dissolvent dans l’eau
15% s’évaporent dans l’atmosphère
3% s’agglomèrent en haute mer


Pour les rejets de dégazages (résidus de fuel et d’huiles), l’évolution est moins connue.
Mais nous savons que les huiles de synthèse utilisées sont non dégradables par définition ! Elles ont par conséquent un impact dramatique sur le milieu naturel, particulièrement sur la faune marine : métaux lourds, agents toxiques et cancérigènes, comme la dioxine, viennent s’accumuler au fil de la chaîne alimentaire.
Le danger concerne aussi bien les espèces marines
Constat
Les chiffres clés
L’impact des pollutions maritimes par
     hydrocarbures

Prestige : un scénario désormais classique
Mardi 21 janvier 2003
« Le sénat vient d’approuver la création d’une ZPE (Zone de Protection Ecologique ) dans le bassin méditerranéen. Cette décision intervient pour lutter contre le phénomène de « dégazages » sauvages qui polluent fortement la Méditerranée.
S’inscrivant dans l’axe des résolutions du Ministère de l’Écologie et du Développement Durable, ce projet de loi fut adopté à l’unanimité par la chambre sénatoriale. Cette zone de protection élargira la juridiction maritime française au-delà des 12 milles nautiques définissant les eaux territoriales. »
Imprimer
cette page
Imprimer
tout le dossier
Télécharger le
rapport complet